essai

Classé dans : Actualités | 0

La reliure :

Qu’est-ce que la reliure ?

C’est avec l’apparition du codex, au Ier siècle, que la reliure naît et crée l’objet-livre que nous connaissons encore aujourd’hui. Le codex est en effet un livre constitué d’un ensemble de feuilles pliées formant des cahiers, qui sont ensuite reliés, ce qui le différencie du volumen ou livre en rouleau. Étape nécessaire à la réunion des cahiers écrits et donc à
leur lecture, moment indispensable pour la conservation de ces textes, la reliure est un élément fondamental du livre.
Elle s’oppose au brochage, qui se caractérise par une couverture directement collée ou cousue au dos du livre, qui n’offre pas la même solidité dans le temps. La reliure peut se résumer techniquement à la couture des cahiers, à la pose de plats rigides ou flexibles, qui ne sont pas solidaires du corps d’ouvrage, et d’un matériau de couvrure des plats. Ce n’est qu’au XVIIé siècle que le terme de reliure prend le sens de «manière dont un livre est relié»: dans ce sens, la reliure donne alors à voir son histoire, ses évolutions techniques, ses multiples ressorts artistiques, ses originalités de matériaux ou de décors, et ses styles, souvent liés au renom des relieurs. La reliure reste une réponse à des contraintes, et en premier lieu celle de la commande. En effet, le commanditaire indique au relieur ses désirs de matériaux, de formes et surtout de prix ; le relieur doit répondre à ses demandes à partir de cahiers écrits. Le commanditaire devenu libraire ou éditeur a aussi à cœur de donner envie d’acheter et de donner une identité propre à ses collections, défi supplémentaire pour le relieur. L’objet-livre, qu’il soit ordinaire ou précieux, et que nous conservons dans nos bibliothèques, si belles lorsque le dos de nos livres présentent une cohérence esthétique, naît de la technique et de l’art du relieur. La reliure est aussi un art à contempler, quitte à être parfois aujourd’hui
dans sa propre contradiction en protégeant «les exemplaires les plus
rares d’une enveloppe si précieuse que le lecteur appréhende de s’en
emparer et de les ouvrir et envisage encore moins de les lire». des techniques minutieuses, un vocabulaire spécifique

Les relieurs reproduisent depuis des siècles les mêmes gestes techniques minutieux et suivent un processus lent, dû en particulier aux temps de séchage et de mise en presse. Il existe de nombreuses variantes d’une même technique, autant que de relieurs qui recherchent des solutions originales en fonction de leur habileté et de leur ingéniosité. Les techniques mises en œuvre pour la confection des reliures sont des indices de datation ou de provenance d’un livre. La reliure emploie un vocabulaire spécifique qui peut la faire apparaître aux novices comme un art complexe.

Vocabulaire du relieur : ses étapes de travail

Source texte et photos de l’article: BNF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *